aversion


aversion

aversion [ avɛrsjɔ̃ ] n. f.
• 1636; « révulsion » méd. 1537; « égarement » XIIIe; lat. aversio, de avertere « détourner »
Grande répugnance, violente répulsion. antipathie, dégoût, exécration, haine , horreur, répulsion, répugnance; -phobie. Avoir de l'aversion contre (vx), pour qqn. abominer, abhorrer, détester, haïr. Son aversion pour le mensonge. Causer, inspirer de l'aversion à qqn : dégoûter (cf. Soulever le cœur). « J'ai, pour les querelles de familles, une très profonde aversion » (Duhamel). Loc. littér. EN AVERSION. Avoir qqn, qqch. en aversion : le détester, l'abhorrer. ⊗ CONTR. Amour, goût, sympathie.

aversion nom féminin (latin aversio, de avertere, détourner) Sentiment d'antipathie violente, voire de répulsion, ressenti par quelqu'un à l'égard d'une personne ou d'une catégorie de personnes ; haine, inimitié : Les hypocrites lui inspirent de l'aversion. Vive répugnance, dégoût éprouvés par quelqu'un à l'égard de certains animaux, de quelque chose ; horreur : Avoir de l'aversion pour les mondanités.aversion (difficultés) nom féminin (latin aversio, de avertere, détourner) Construction Aversion pour, contre, à l'égard de\> : il a toujours montré une grande aversion pour ces comportements (ou contre, à l'égard de ces comportements). Recommandation Éviter la construction avec de dans les contextes où elle présente un risque d'ambiguïté (l'aversion des hypocrites = l'aversion que les hypocrites éprouvent ou l'aversion que les hypocrites suscitent). ● aversion (synonymes) nom féminin (latin aversio, de avertere, détourner) Sentiment d'antipathie violente, voire de répulsion, ressenti par quelqu'un à...
Synonymes :
- dégoût
- éloignement
- exécration
- hostilité
- inimitié
- répugnance
Contraires :
- amitié
- goût
- intérêt
- prédilection

aversion
n. f. Violente antipathie, répugnance. Avoir de l'aversion pour ou contre qqch ou qqn. Prendre qqn en aversion. Ant. goût, penchant.

⇒AVERSION, subst. fém.
Phénomène affectif pouvant atteindre tous les degrés depuis la répugnance physique et instinctive jusqu'à la haine calculée contre quelque chose ou quelqu'un. Quasi-synon. antipathie, dégoût, répulsion :
1. Chaque homme, dans sa conversation habituelle, n'a-t-il par ses formules favorites, ses mots coutumiers nés de son éducation, de sa profession, de ses goûts, appris en famille, inspirés par ses amours et ses aversions naturelles, par son tempérament bilieux, sanguin ou nerveux, dictés par un esprit passionné ou froid, calculateur ou candide?
VIGNY, Lettre à Lord, 1829, p. 272.
2. Chaque chose, y compris le mal et la négation, tend à se dilater, à augmenter son être. Le rien veut être quelque chose et le quelque chose être tout. Ainsi la froideur devient éloignement, l'éloignement antipathie, l'antipathie aversion. Une étincelle devient incendie. Une égratignure devient une plaie, une négligence devient une ruine, la mauvaise humeur peut arriver à l'exaspération.
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 47.
A.— [L'objet de l'aversion désigne une pers. ou un groupe de pers.]
1. Dans le domaine des relations humaines affectives ou amoureuses :
3. Mlle Constance De Rochechouart était promise depuis trois ans au premier parti de ce pays-ci, à M. De Luxembourg, capitaine des gardes. Au moment de l'épouser elle a déclaré qu'elle sentait pour lui une aversion insupportable, et plus d'inclination pour son cousin Roger De Damas, neveu de M. Du Châtelet.
Mme DE STAËL, Lettres de jeunesse, 1788, p. 232.
4. Il est difficile de concevoir en effet comment un homme qui saurait qu'il est pour tous les autres un objet d'aversion ou de dégoût, pourrait avoir quelque sentiment d'amour-propre ou de complaisance en lui-même...
MAINE DE BIRAN, Journal, 1823, p. 384.
5. Mme X..., qui a reçu l'avis de son changement, en a pleuré, la pauvre femme, toute une journée, — et nous aussi — ce qui m'inspire une solide aversion contre sa remplaçante.
COLETTE, Claudine à l'école, 1900, p. 15.
6. Huit jours plus tard, on a malheureusement su, ce que ça nous coûtait, sa promenade! J'étais atterré : De Scève avait parlé avec une aversion, une rancune qui lui tordaient les lèvres : il haïssait certainement Erlane... Et je le comprenais! Erlane, scandaleusement incapable, ahuri, grotesque, servile comme tous les faibles, stupidement menteur comme tous les enfants, ne pouvait qu'humilier un chef comme De Scève, faire tache dans sa compagnie, l'exaspérer par sa couardise. Je l'admettais!
VERCEL, Capitaine Conan, 1934, p. 160.
Rem. Aversion à l'égard de l'autre sexe (cf. BASTIN 1970).
2. Dans le domaine des relations sociales, publiques :
7. Mais, disons-le, son aversion des prêtres était idiosyncrasique. Il n'avait pas besoin pour les haïr, d'en être haï.
HUGO, Les Travailleurs de la mer, 1866, p. 118.
8. À peine se retrouva-t-il dans ce milieu de politiciens et de snobs qu'il fut ressaisi d'une aversion pour eux plus violente encore que naguère : car, dans ses mois de solitude, il s'était déshabitué de cette ménagerie.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Foire sur la place, 1908, p. 822.
Fam., vieilli. Bête d'aversion. Personne ou chose pour laquelle on éprouve une aversion insurmontable. C'est ma bête d'aversion (Ac. 1835-1932) :
9. La haine qu'elle tentait d'écarter depuis le matin ne cessait de la roidir. Gaspard n'avait parlé que de soupçons sur le bossu, mais elle l'avait entendu à demi-mot... Elle regardait ses mains, les retournait, lentement. Voilà que j'aurai mes bêtes d'aversions moi aussi : ce bossu, je le hais, je ne lui pardonnerai jamais, je ne peux rien à cela.
POURRAT, Gaspard des montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 215.
[En parlant d'un inanimé] Chez Stendhal (Vie de Henry Brulard, 1836, p. 130) : « l'hypocrisie » et le « vague » mes deux bêtes d'aversion.
Rem. Méd. ,,Ce mot a été pris autrefois dans le même sens que révulsion. L'aversion est un sentiment qui nous éloigne de qqc.`` (NYSTEN 1814).
B.— [L'objet de l'aversion désigne une chose]
1. [Un objet concr., une activité manuelle] :
10. Même au temps où il était heureux, il avait toujours aimé les bêtes; il ne pouvait supporter la cruauté à leur égard; il avait pour la chasse une aversion qu'il n'osait pas exprimer, par crainte du ridicule; peut-être n'osait-il pas en convenir avec lui-même, mais cette répulsion était la cause secrète de l'éloignement qu'il éprouvait pour certains hommes : jamais il n'aurait pu accepter pour ami un homme qui tuait un animal, par plaisir.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, Le Buisson ardent, 1911, p. 1411.
11. Les noirs matins d'hiver, à sept heures, je me rendormais assise, devant le feu de bois, sous la lumière de la lampe, pendant que ma mère brossait et peignait ma tête ballante. C'est par ces matins-là que m'est venue, tenace, l'aversion des longs cheveux...
COLETTE, La Maison de Claudine, 1922, p. 114.
2. [Une activité intellectuelle, une manière d'être ou de penser] Avoir de l'aversion pour l'étude, la lecture, l'instruction publique, le grec, pour l'intrigue et la fausseté :
12. Dingley avait rassemblé sur la tête d'un petit homme né de lui toutes les tendresses de son cœur. Aussi pénétra-t-il dans ces régions de la souffrance où l'homme de génie et l'imbécile ne se distinguent plus. Son aversion de la littérature fut, un temps, si profonde, son sentiment de la vanité littéraire si absolu qu'il crut que son imagination était morte et qu'il n'écrirait plus jamais.
J. et J. THARAUD, Dingley, l'illustre écrivain, 1906, p. 115.
13. Beyle déconsidère par trop l'imagination humaine. Par aversion pour le clinquant, il fait trop fi des richesses de la parole et des magnificences légitimes qu'en tirent la passion, la fantaisie ou l'éloquence.
BARRÈS, Les cahiers, t. 5, 1906-07, p. 23.
SYNT. a) Verbaux : avoir, prendre, tenir qqc. ou qqn en aversion; concevoir, éprouver, manifester, sentir (de l'), une aversion (contre) pour qqc. ou qqn; avoir l'aversion de qqc.; inspirer de l'aversion à qqn; vaincre une aversion; être un objet d'aversion pour qqn. b) Aversion + adj. une aversion aveugle, complète, excessive, immodérée, irraisonnée, instinctive, insurmontable, invétérée, invincible, naturelle, profonde, unanime, violente.
PRONONC. :[]. Enq. ://.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. XIIIe s. « égarement » (Trad. Bible française, Rom., 19, 521 ds QUEM : L'aversion des petits les occira e la prosperité des soz les destruira); 2. 1636 CORNEILLE, Le Cid, v, 1, ds LITTRÉ. 3. 1537 méd. « détournement, révulsion » (J. CANAPPE, 4e Livre de Thérapeutique de Galien ds Fr. mod., t. 18, 1950, p. 270); 1575 « id. » (PARÉ, IX, 10 ds HUG. : Il ne faut aussi craindre faire aversion du sang vers les parties nobles).
Empr. au lat. aversio « action de détourner »; fig. de rhét. par laquelle l'orateur détourne l'attention des auditeurs du sujet traité (QUINTILIEN, Inst., 9, 2, 38 ds TLL s.v., 1317, 69), sens empr. au XVIe s. (HUG.); au sens de « dégoût, répulsion » en b. lat. (IVe s., DICT., 4, 18, ibid., 1317, 53).
STAT. — Fréq. abs. littér. :554. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 016, b) 801; XXe s. : a) 459, b) 782.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BASTIN 1970. — Foi t. 1 1968. — DUL. 1968. — GOBLOT 1920. — GOUG. Mots t. 2 1966, p. 28. — MARCEL 1938. — MARCH. 1970. — Méd. Biol. t. 1 1970. — NYSTEN 1814. — PIÉRON 1963. — PIERREH. Suppl. 1926.

aversion [avɛʀsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1636; « révulsion », méd., 1537; « égarement », XIIIe; lat. aversio, de avertere « détourner », de a-, et vertere « tourner ».
Grande répugnance, violente répulsion. Antipathie (cit. 2), dégoût, éloignement, exécration, haine, horreur, inimitié, répulsion, répugnance; -phobie. || Éprouver, manifester de l'aversion pour… || Une aversion de la littérature, contre les mathématiques, pour le sport. || Avoir de l'aversion pour qqn, contre qqn. Abominer, abhorrer; détester, haïr. || Il avait trop d'aversion pour la contrainte. Ennemi (être ennemi de…). || Causer, inspirer de l'aversion à qqn : dégoûter (→ Soulever le cœur). || Il était d'une laideur repoussante et inspirait de l'aversion. || Faire qqch. avec aversion. Contre-cœur (à contre-cœur). || Vaincre, surmonter son aversion. || Une aversion insurmontable, irraisonnée, excessive, naturelle, profonde, violente.
1 Moi qui ai une aversion naturelle contre les panégyriques.
Corneille, Lettres.
2 Mais cette indifférence est une aversion,
Lorsque je la compare avec ma passion (…)
Corneille, Rodogune, I, 5.
3 Les femmes n'ont point de sévérité complète sans aversion.
La Rochefoucauld, Maximes, 333.
4 Ses airs éventés me le rendirent insupportable, et mon air froid m'attira son aversion.
Rousseau, les Confessions, XI.
5 Il y a plus. La contrainte d'accord avec mon désir, suffit pour l'anéantir et le changer en répugnance, en aversion même pour peu qu'elle agisse trop fortement.
Rousseau, Rêveries…, VIe Promenade.
6 L'aversion a moins de flexibilité que le désir, c'est une force défensive, une résistance qui protège l'individu.
E. de Senancour, De l'amour…, p. 10.
7 L'homme va de l'aversion à l'amour; mais, quand il a commencé par aimer et qu'il arrive à l'aversion, il ne revient jamais à l'amour.
Balzac, Physiologie du mariage, Pl., t. X, p. 673.
8 Mes amis véritables m'ont toujours donné cette preuve suprême d'attachement : une aversion spontanée pour l'homme que j'aimais (…)
Colette, la Naissance du jour, p. 16.
9 Si je vous accueille, quand vous rentrerez, ce soir, par des aboiements hargneux, et si je boude longuement, si je vous donne, enfin, toutes les marques de la plus théâtrale aversion (…)
Colette, Paix chez les bêtes, « Poucette ».
9.1 J'en viens à douter s'il (Poussin) aurait eu pour le Radeau de la Méduse de Géricault l'aversion violente que devait plus tard manifester Ingres.
Gide, Feuillets d'automne, l'Enseignement de Poussin, p. 168-169.
10 J'ai (…) marqué, tout au long de mes jours, de l'aversion pour les situations sédentaires, pour le régulier et l'irrévocable.
G. Duhamel, le Temps de la recherche, IV.
11 Sa fille (…) ne cherchait en aucune manière à celer l'espèce d'aversion qu'elle éprouvait à notre égard.
G. Duhamel, le Temps de la recherche, VII, p. 96.
Loc. (Littér.). En aversion. || Avoir en aversion : détester, abhorrer. || Avoir qqn, qqch. en aversion. || Prendre en aversion. Grippe (prendre en).
Loc. Vx. Bête d'aversion : personne, chose pour laquelle on éprouve une insurmontable aversion. Bête (noire).
Didact. (psychol., psychan.). || Appétition-aversion.
CONTR. Amitié, amour, goût, inclination, intérêt, penchant, prédilection, sympathie, vocation.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aversion — A*ver sion, n. [L. aversio: cf. F. aversion. See {Avert}.] 1. A turning away. [Obs.] [1913 Webster] Adhesion to vice and aversion from goodness. Bp. Atterbury. [1913 Webster] 2. Opposition or repugnance of mind; fixed dislike; antipathy;… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • aversion — AVERSION. subs. f. Haine. Avoir quelque chose en aversion. Avoir de l aversion contre quelqu un, pour quelqu un. Prendre quelqu un en aversion. Avoir de l aversion pour l étude. Avoir de l aversion pour le vin. J aigrande aversion pour cela. L… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Aversion — Aversion, Abneigung oder Ablehnung (von lat. aversatio zu aversio „Ekel“) bezeichnet die Neigung eines Organismus, auf bestimmte Reize mit Unlust zu reagieren. Eine Aversion kann gegenüber jeder Art von Reizen oder Objekten bestehen, zum Beispiel …   Deutsch Wikipedia

  • Aversion — Sf Abneigung erw. fremd. Erkennbar fremd (17. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. aversion, dieses aus l. āversio ( ōnis) (eigentlich Abwenden ), einer Ableitung von l. āvertere abwenden , zu l. vertere (versum) wenden, drehen und l. ab von, weg …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • aversión — ‘Rechazo o repugnancia frente a alguien o algo’: «En su aversión al progreso la Iglesia no estaba sola» (Mendoza Ciudad [Esp. 1986]). Si lleva complemento, este va normalmente precedido de a, aunque también puede introducirse con por, hacia o,… …   Diccionario panhispánico de dudas

  • aversion — AVERSION. s. f. Antipathie, repugnance naturelle, qui fait qu une personne, qu une chose nous deplaist. Avoir de l aversion contre quelqu un, pour quelqu un. avoir de l aversion à escrire, à estudier. aversion au vin, pour le vin. j ay grande… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • aversion — [ə vʉr′zhən, ə vʉr′shən] n. [L aversio < aversus, pp. of avertere: see AVERT] 1. Obs. the act of turning away 2. an intense or definite dislike; antipathy; repugnance 3. the object arousing such dislike SYN. AVERSION and ANTIPATHY both imply… …   English World dictionary

  • aversion — (n.) a turning away from, 1590s; figurative sense of mental attitude of repugnance is from 1650s, from M.Fr. aversion and directly from L. aversionem (nom. aversio), noun of action from pp. stem of aversus turned away, backwards, behind, hostile …   Etymology dictionary

  • aversión — sustantivo femenino 1. (no contable) Repugnancia hacia personas o cosas: Le tomó aversión a los viajes. Su casa me inspira aversión. Sinónimo: repulsión. Antónimo: atracción …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Aversion — »Abneigung«: Das Wort wurde im 17. Jh. aus gleichbed. frz. aversion entlehnt, das auf lat. aversio »das Abwenden; das Sichabwenden«; spätlat. »Abscheu« beruht. Es gehört zu lat. a vertere »abwenden«, einer Bildung zu lat. vertere (versum) »wenden …   Das Herkunftswörterbuch